COMMENT CETTE GRANDE HISTOIRE VA VOUS RENDRE PLUS PRODUCTIF ET CRÉATIF (1/2)




Productivité et créativité au travail... telles sont les deux minerais rares que vous recherchez au quotidien pour devenir plus performant en tant que freelance !
Et vous avez certainement une éthique qui est de ne pas tomber dans les abysses de la performance.
Vous ne souhaitez pas vous retrouver coincé éternellement par besoin de faire toujours plus.
Pour vous la performance doit être suivie du bien-être.

Et si je vous dis que, grâce à plus de 100 ans d'histoire, ce que vous désirez le plus est devenu accessible ?

Si vous pensez que nous allons parler d'ésotérisme ou bien d'une nouvelle technologie à s'implanter dans l'oreille (Coucou Elon Musk !), soyez rassuré !
Le but est ici de vous apporter dans votre sac d'explorateur de freelance performeur toute la science à propos d'une solution déjà en vous. Une solution dont vous n'avez pas encore pris conscience.

Et le mot conscience n'a pas été choisi par hasard. Cette solution est basée sur la science d'un état optimal de conscience où vos performances et votre bien-être atteignent des sommets.
Cet état s'intitule l'état de flow.
Et depuis plus d'un siècle, celui-ci est passé d'une observation, à des analyses et enfin des perspectives d'avenir sur l'atteinte de nos plus grands objectifs professionnels.

Si vous souhaitez explorer ce siècle d'histoire à travers la philosophie, la psychologie et les neurosciences, suivez le guide !
Je vous emmène dans les profondeurs de l'histoire de l'état de flow pour vous permettre de vivre du freelancing dans la sérénité, la stabilité et la réussite.


LE RAUSCH OU LA DÉSOBSTRUCTION DU PASSAGE POUR ÊTRE PLUS PRODUCTIF ET Créatif


Lorsque nous entrons dans les souterrains de la philosophie, un nom nous vient forcément en tête. Celui de Nietzsche. Ce dernier fut l'un des plus grands philosophes de l'époque post-darwinienne.
L'une des choses les plus importantes auxquelles il croyait était que notre cerveau évoluait autant que notre corps.
Malgré cette reconnaissance d'évolution, Nietzsche ne pensait pas que nous soyons capable de tout savoir sur notre esprit.
Mais que par notre détermination et notre besoin de maîtrise, l'auteur pensait que nous souhaitions nous diriger vers ce but.

Cette façon de voir l'être humain l'a amené à poser un concept: la volonté de puissance.
Cette volonté de puissance était considérée pour lui comme une motivation faisant partie même de notre biologie.
Au travers de ce besoin de domination et de maîtrise chez l'Homme, la volonté de puissance pouvait être également alimentée par deux éléments. La passion et le but.
Dans ce cas, cette valeur qu’est la volonté de puissance pouvait devenir un atout pour découvrir une vérité ou créer.
C'est dans ces moments de recherche et de création que naît alors la "sublimation" de la volonté de puissance.
Celle-ci était considérée par Nietzsche comme un levier pour toute activité créatrice.

Un premier point vous viendra donc certainement à l'esprit.
Si par le besoin de découvrir et de créer, vous trouvez votre passion et vos objectifs de vie alors votre créativité augmenterait de manière exponentielle.
Cette créativité devient alors un véritable stimulant dans toutes les strates de votre vie.
Et lorsque la volonté de puissance devient maîtrisable par la passion et les buts, elle devient alors une façon de vouloir se dépasser quotidiennement.
Cela conduit ainsi indéniablement à une auto-transformation.
Cette expérience a été nommée
"Rausch" par Nietzsche.
Elle est symbolisée comme l'une des plus grandes expériences de vie de l'Homme.
Celle-ci était un symbole de l'ivresse que pouvait ressentir un être humain ayant atteint la volonté de puissance.

Le "Rausch" comprenait plusieurs indicateurs d'après le philosophe allemand:
- Des expériences extatiques individuelles et même en groupe;
- La disparition du soi;
- Une augmentation des capacités physiques;
- Une compréhension instinctive;
- Une activité intense et compulsive.

Et du point de vue de l’actualité scientifique, le "Rausch" a de fortes ressemblances avec l'atteinte de l'état de flow.
Il nous permet d'atteindre nos meilleures performances et notre meilleur bien-être.
Mais à contrario de ce dernier, l’état de flow est éthiquement neutre.
Car le Rausch a parfois été associé à des abus de pouvoir à l'époque de Nietzsche.

L'état de flow est donc votre meilleur moyen de devenir un freelance productif et créatif sans délaisser votre bien-être.

En poursuivant vos recherches et vos passions, aucune déviation vers vos objectifs professionnels ne sera possible !



UNE CHUTE POUR COMPRENDRE comment être plus productif et créatif


En 1871, un géologue suisse du nom d'Albert Heim entreprit de gravir le Santis, le douzième plus haut sommet de Suisse.
Lors de l'ascension, le géologue conduit son groupe à travers un chemin escarpé et enneigé.
Mais en arrivant à proximité d'un rebord rocheux, un coup de vent balaya le chapeau de Albert Heim.
En voulant le rattraper, ce dernier glissa du rebord de la falaise et effectua une chute de 18 mètres avant d'atterrir sur le sol... inconscient mais vivant.

Lorsque celui-ci avait repris ses esprits, Albert Heim raconta qu'il avait vécu une expérience durant sa chute qu'il n'était pas près d'oublier.
Lors de son plongeon vers une mort paraissant certaine, son esprit avait fait également un saut dans "un autre monde".
Le temps lui a paru ralentir. Il ne ressentait aucune douleur ni anxiété. Ses sens se sont accrus. Sa vision s'est élargie. Ses pensées sont restées claires et cohérentes.

"Ce que j'ai ressenti en cinq à dix secondes ne pouvait pas être décrit en dix fois plus longtemps", écrivit le géologue dans
"Remarks on Fatal Fall", publié pour la première fois en 1892.

En plein vol, Albert Heim a eu le temps de voir les expressions terrifiées de son frère et de ses amis encore sur le rebord rocheux. Il a même eu le temps d'envisager d'enlever ses lunettes, au cas où ces dernières se briseraient dans sa chute.
Dans la continuité de cette chute paraissant intemporelle, le géologue s'était également imaginé en train d'appeler ses compagnons d'escalade, s'il survivait à la chute.
Encore plus improbable, il s'est même demandé s' il réussirait à parler pour sa première conférence universitaire dans cinq jours.

"Puis j'ai vu toute ma vie passée se dérouler dans de nombreuses images, comme sur une scène à une certaine distance de moi. Je me considérais comme le personnage principal de la performance."

"J'ai vu que maintenant je tombais librement dans les airs et que sous moi un champ de neige m'attendait. Les observations objectives, les pensées et les sentiments subjectifs étaient simultanés... Puis j'ai entendu un bruit sourd et ma chute était terminée", a-t-il écrit dans "Remarks on Fatal Fall".

Albert Heim avait réussi à vivre toute sa vie en l'espace d'une chute qui devait l'amener à une mort quasi certaine.
Une semaine plus tard, le géologue donnait sa conférence inaugurale à l'Université d'Oxford.
Mais une question restait en tête de ce dernier. Il se demandait si l'activité mentale et l'intensité qu'il avait ressenties étaient courantes lors d'expériences de mort imminente.

Albert Heim a alors interrogé trente-deux autres survivants d'une chute imminente.
Deux ans plus tard, il avait présenté
ses résultats à une section du Club Alpin Suisse à Zurich.
Les résultats étaient sans appel: 95% des sujets étudiés ont connu un état similaire lors de chutes accidentelles.
Même les sujets qui ne semblaient pas forcément en danger, mais qui pensaient qu’ils allaient mourir, ont également vécu cet état d'altération de la conscience.
Albert Heim avait ainsi créé l'une des premières archives concernant une expérience de conscience optimale déclenchée par la perception et la psychologie humaine.

Alors que pouvez-vous retenir de cette seconde histoire ?

Lors d'expériences à hauts risques, vos capacités physiques comme mentales atteignent leurs paroxysmes pour vous permettre de répondre à une certaine problématique.
Sans toutefois risquer la mort, la résolution d'un problème dans votre travail de freelance peut donc être amenée en accédant à une expérience comprenant un certain risque.


LE RISQUE COMME RELAIS pour être plus productif et créatif


L'expérience d'Albert Heim a fasciné de nombreuses personnes au cours du vingtième siècle.
Mais une personne en particulier en a été tellement fasciné qu'il en a dédié une partie de sa vie de chercheur pour la comprendre.
Il s'agit du professeur William James de Harvard.

Williams James était le psychologue le plus célèbre du monde au tournant du vingtième siècle.
En 1902, il publia son recueil de conférences sur les expériences mystiques.
Le psychologue avait découvert que quelle que soit l'origine religieuse des gens, une expérience mystique pouvait les changer radicalement.
Les sujets de recherches se disaient être plus heureux et plus satisfaits dans leur vie quotidienne.
Certains même disaient observer dans ces moments une augmentation de leurs performances mentales et physiques.

William James a alors entrepris de prouver que
les expériences mystiques étaient psychologiquement réelles.
Il croyait à l'époque que ces expériences pouvaient déclencher des formes de conscience supérieures.
Le psychologue reconnaissait que certaines drogues et pratiques spirituelles pouvaient amener certaines personnes à atteindre cet état.
Cependant, d'après ses recherches, il semblerait que le meilleur déclencheur soit le risque.

Pour faire un clin d'œil à Albert Heim, vous pouvez constater à nouveau le fait cité dans la partie précédente.
Les grandes urgences et crises vous montrent à quel point votre potentiel est plus puissant que vous le supposeriez.

C'est la raison pour laquelle Walter Bradford Cannon, un des élèves de Williams James, étudia ces phénomènes d'accélération de notre potentiel.
De par ses recherches, il chercha à découvrir les changements physiologiques produits par des émotions puissantes.
Et c'est en 1915 que celui-ci fait une des découvertes les plus importantes du 20ème siècle sur notre potentiel.
Il découvrit que notre réponse biologique face à un stress était manifestée sous la forme de la fuite ou du combat. Le fameux
"flight or fight".
Même si cela nous paraît tout à fait évident pour notre siècle, il faut savoir qu'à l'époque, l'atteinte de nos meilleures performances était considérée comme un don spirituel.
Walter Bradford Cannon a prouvé l'inverse en montrant qu'il s'agissait tout simplement d'une résultante de notre biologie.

De cet autre point important de l'histoire, vous pouvez retenir une chose importante.
Dans votre biologie réside un potentiel qui ne demande qu'à obtenir la clef pour vous permettre d'atteindre vos plus grands objectifs professionnels.

Et cette prise de conscience a inspiré de nombreuses personnes.
Des centaines d'athlètes, de scientifiques et de chercheurs sur l'état de flow ont joué un rôle pour aider l'humanité à comprendre la performance ultime.
‍Si vous souhaitez donc découvrir la deuxième et dernière partie de cette histoire sur l'état de flow, cliquez sur le lien ci-dessous !







Qui suis-je ?

Je m'appelle Guillaume Bilcke, je suis coach professionnel freelance et je suis le fondateur et le créateur du site Age of Flow. Ma mission ? J'aide les freelances à devenir productif et créatif sans délaisser leur bien-être. De cette manière, ils deviennent alors de véritables "flowlancers". Qu'est-ce qu'un "flowlancer" ? Il s'agit tout simplement d'un freelance qui se sert de la science autour d'un état mental optimal de performance et de bien-être que rencontrent le plus souvent les artistes et athlètes de haut-niveau, pour vivre mentalement de la même manière. Son nom ? L'état de flow. Pour en savoir plus, rendez-vous ici: https://age-of-flow.com/

>

VOUS VOULEZ devenir un freelance plus productif et créatif ?


Recevez alors gratuitement votre formation par email en vous inscrivant à la newsletter du site Age of Flow !

Vous apprendrez à améliorer votre productivité et votre créativité de freelance en découvrant 9 méthodes basées sur les neurosciences et l'état de flow.

Pour vous inscrire, rien de plus simple: notez votre prénom et votre adresse email ci-dessous !